Plusieurs découvertes au début du 19ème siècle prouvent l’existence du village de Virginal à l’époque romaine. Plusieurs centaines de médailles et d’autres objets en bronze furent mis à jour de même que 7 à 8 vases de terre cuite dont quelques-uns ornés de figures en bas relief.

C’est vers 655 que sainte Renelde, fille du Comte de Hainaut Waubert III lègue les terres de Virginal et de Saintes à l’abbaye de Lobbes. Comme cette abbaye fait partie de la principauté de Liège, Virginal devient une enclave de cette principauté.

Virginal forma longtemps une franchise ou terre franche, libre de tailles, gabelles, charges et impositions quelconques. Les habitants avaient leurs coutumes particulières dont les origines sont mal connues mais qu’ils observaient opiniâtrement sans se soucier des désordres auxquels elles pouvaient donner lieu. Les armoiries de Virginal lui avaient déjà été concédées par l’abbaye de Lobbes. Elles exposent la clé de Saint Pierre, patron de l’abbaye et de la commune de Virginal sur un champ d’argent. Un Arrêté Royal les confirme en 1838.

Dès le 14ème siècle, Fauquez et Virginal eurent un seigneur commun. Ces seigneurs placés à l’origine comme ” avoués “des abbés de Lobbes prirent en réalité le pouvoir réel. Après la Maison de Virginal se succédèrent les familles d’Enghien, de Fauquez et de Herzelles.

La seigneurie de Samme fit partie du village d’Ittre pendant tout l’Ancien Régime. Après quelques années d’autonomie, elle fut rattachée à Virginal en 1808. Le prévôt du Chapitre de Nivelles en était le seigneur et possédait la Tour d’Hasquempont (la Tourette), vieille construction qui date de la fin du 15ème siècle. Les seigneurs d’Enghien et de Fauquez étaient les seigneurs ” avoués ” de Samme.

Si le village de Virginal-Samme est resté longtemps agricole, il n’en est pas moins devenu industriel.

Ainsi, au 19ème siècle, le village comptait 3 brasseries, l’activité de 2 moulins à eau et 1 moulin à vent ainsi que des filatures. Des papeteries y furent également fondées : à Samme en 1829, à Fauquez en 1830 et à Hasquempont en 1845. Si les deux premières ont cessé leurs activités, celle d’Hasquempont est encore en fonctionnement aujourd’hui.

Virginal est traversée par le canal reliant Bruxelles à Charleroi. On y trouve d’ailleurs l’ancien et le nouveau canal dont le paysage, aux lieux-dits “Asquempont” et “La Roque” est particulièrement pittoresque. Le canal accueille les amateurs de sports aquatiques, très nombreux durant les beaux jours.

L’église Saint-Pierre, de style néo-classique, date de 1827-1828. On peut y admirer des fonts baptismaux en marbre, datant de 1623 ainsi qu’une splendide chaire de vérité en chêne datée de 1853. Les orgues, qui datent de 1829, figurent parmi les plus anciennes de Belgique.