RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli.

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Découvrir Ronquières

Vues d’ensemble

Les hauts remblais

Le pont canal

La tête amont

La tour

Les treuils

Les trémies aériennes

La tranchée

Les bacs

La tête aval

La centrale électrique


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

Ronquières au printemps

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm…

Depuis un drone

Photos de Pierre Gillard

Histoire

Histoire du canal

Le canal à 70 tonnes

Le projet Vifquain

Le canal à 300 tonnes

Le canal à 1350 tonnes

Histoire du village

Le canal dans Bruxelles

Histoire du village de Ronquières

Bourgmestres de Ronquières

Le long du canal

Le long du canal

Le long du canal à Ruysbroek

Le long du canal à Lot

L'écluse de Buizingen

Le long du canal à Hal

Le long du canal à Clabecq

Le long du canal près de Charleroi

Le canal entre Charleroi et Seneffe

Le canal à Seneffe

Vestiges d'écluses

Le tunnel de Godarville

Le canal du Centre


Les embranchements du Centre

Dernière mise à jour :

31/12/17



www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs.

Les vieilles écluses

La société concessionnaire des embranchements, devant la décroissance des recettes, due à la concurrence des chemins de fer et surtout aux réductions de tarif que le gouvernement introduisit en 1866, craignant de ne plus pouvoir assurer le service des intérêts et de l’amortissement des actions privilégiées, considéra son rachat par l’Etat comme une issue heureuse à laquelle elle adhéra. En juin 1869, les embranchements furent repris par l’Etat moyennant une somme de 2.450.000 francs.


La Société des embranchements du canal de Charleroi avait vécu. Pour les usagers, toutefois, les changements ne furent guère apparents et l’activité se poursuivit normalement.


Mise à grande section (passage de 70 t à 300 t)


Les travaux de mise à grande section des embranchements du Centre, dont les longueurs étaient respectivement de 10.350 mètres pour la branche principale et 4.452 mètres pour les branches secondaires, furent entamés en 1884 et complètement achevés en 1888.


L’élargissement des embranchements ne se fit toutefois pas sans mal. La difficulté principale résidait dans la situation surélevée des digues et surtout dans la qualité fort médiocre des terres disponibles pour la construction de ces digues, terres provenant des déblais.


Pour vaincre cette difficulté et empêcher toute rupture de digue, on fit usage, tout en utilisant les terres de déblais disponibles, de moyens spéciaux pour compacter énergiquement les couches de remblai : c’est ainsi que des rouleaux compresseurs doubles de 2.100 kg furent mis en oeuvre. Préalablement au cylindrage de chaque couche, les terres employées furent additionnées de chaux hydraulique ou de lait de chaux à raison de 15 litres de chaux par mètre cube de remblai compacté.


Ces moyens exceptionnels conduisirent à d’excellents résultats, les digues se montrant d’une étanchéité parfaite.

Ces travaux supplémentaires augmentèrent bien sûr les coûts de l’entreprise qui atteignirent 2.320.000 francs.