RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde
Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli.

DEPUIS 1968

RONQUIERES

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Découvrir Ronquières

Vues d’ensemble

Les hauts remblais

Le pont canal

La tête amont

La tour

Les treuils

Les trémies aériennes

La tranchée

Les bacs

La tête aval

La centrale électrique


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

Ronquières au printemps

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm…

Depuis un drone

Photos de Pierre Gillard

Histoire

Histoire du canal

Le canal à 70 tonnes

Le projet Vifquain

Le canal à 300 tonnes

Le canal à 1350 tonnes

Histoire du village

Le canal dans Bruxelles

Histoire du village de Ronquières

Bourgmestres de Ronquières

Le long du canal

Le long du canal

Le long du canal à Ruysbroek

Le long du canal à Lot

L'écluse de Buizingen

Le long du canal à Hal

Le long du canal à Clabecq

Le long du canal près de Charleroi

Le canal entre Charleroi et Seneffe

Le canal à Seneffe

Vestiges d'écluses

Le tunnel de Godarville

Le canal du Centre


Dernière mise à jour :

31/12/2017



www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs.

Le canal pendant la guerre 1940 1945

La tour

L’étude d’un agrandissement du canal n’alla pas plus loin car des événements d’une extrême gravité se déroulaient à travers le monde.


Le 10mai1940, les Allemands envahissaient la Belgique pour la seconde fois en 25 ans.


Contrairement à ce qui s’était passé lors de la première guerre mondiale, les opérations militaires de mai 1940 sur le front occidental contraignirent les Armées Alliées à procéder à des destructions systématiques sur les routes et les voies ferrées qui pouvaient être utilisées par les armées envahissantes, et ce pour en retarder la progression.


Les ponts franchissant le canal de Charleroi tant à Bruxelles qu’en Hainaut payèrent un lourd tribut. Dans la traversée hydraulique de Bruxelles, la destruction des ponts-routes et passerelles eut pour conséquence directe de supprimer à peu près toute liaison entre les deux rives du canal. C’est ainsi que furent touchés les ponts fixes de la porte de Ninove (chaussée de Ninove),


 Le pont de Curegem (chaussée de Mons), le pont de l’Abattoir, actuellement Ropsy-Chaudron (entre la chaussée de Ninove et la chaussée de Mons), le pont de la porte de Flandre (fig. 132) et du Petit-Château, le pont-levant dit “des Hospices”, les passerelles fixes des Hospices et de la rue de Gosselies et le pont fixe de la Place Sainctelette (fig. 133) (route de Bruxelles à Gand).


L’autorité occupante fit d’abord construire, par les services communaux, quelques passerelles fixes pour piétons, lesquelles furent remplacées par des ponts provisoires ou semi-permanents. Ces ouvrages, à faible gabarit, étaient nettement insuffisants pour faire face aux nécessités, même réduites à l’époque, de la capitale.


La reconstruction des ponts fut entamée dès le début de l’année 1941 et poursuivie en 1942 et 1943. C’est ainsi que furent reconstruits définitivement les ponts-routes de la Place Sainctelette, du Petit-Château, de la porte de Flandre, de la rue des Hospices, de Curegem, et de la rue Ropsy-Chaudron, ainsi que la passerelle de la rue de Gosselies.


Au moment de la retraite de l’occupant, en septembre 1944, les ouvrages reconstruits purent être tous sauvegardés.