Dernière mise à jour :

29 décembre 2015

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Vues d'ensemble

Vues du bas

Vues d'Ecaussinnes

Vues de Fauquez

Henripont

Vues du Mont de Pitié

Vues de la tranchée

Vues du Croiseau


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

En hiver à Ronquières

Ronquières au printemp

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm...

Photos de Pierre Gillard

La tour

Un bac circule dans le plan incliné de Ronquières

Partir à la découverte des bacs du plan incliné de Ronquières

La construction du plan incliné de Ronquières

Les puits

Asquimpont Ittre Ecluse vieux canal  Construction   La tour  Terrassements  Vu du ciel La grande Lima  Les colonnes du pont canal Vu de la tour Nouveautés

Un bac monte le plan incliné Les bacs La construction
RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Les puits

En matière de souterrain, les puits étaient la première opération. Ils permettaient d’entamer la galerie souterraine par plusieurs points à la fois, d’alimenter en air les ouvriers, d’évacuer les déblais, d’amener à pied d’oeuvre les matériaux de construction, de mener les ouvriers aux galeries, de remonter les eaux d’infiltration.

Il existait deux types de puits, les puits centraux et les puits latéraux , ces derniers étant situés en dehors des pieds droits de la voûte. A Bête Refaite, ils étaient centraux.

La première tentative, consistant en un cuvelage de grande résistance, comme pour les mines de charbon, échoua. Un entrepreneur venu de la région de Lille, spécialiste des puits artésiens, entama l’exécution de deux puits pour un montant de 20.000 francs. Pour Problème d’alimentation en eau vaincre les boulants, il fonça un anneau de palplanches à l’intérieur des puits. Cette deuxième tentative n’eut pas plus de succès.


Afin d’atteindre le niveau de la tête de la galerie, on appliqua une autre technique qui ne conduisit à aucun résultat probant. Ce travail d’envergure consistait à ouvrir un trou de grande dimension, au moyen d’une forte charpente, dans laquelle un puits en maçonnerie était descendu jusqu’au fond du premier boulant. De là, on atteignait le pied du deuxième boulant grâce à un puits descendu dans le premier, la même opération étant répétée pour atteindre le troisième boulant.


Ces multiples tentatives témoignent une fois encore de l’extrême complexité de réalisation de ce souterrain. Elles provoquèrent une sérieuse augmentation des dépenses. Afin d’y faire face et pour éviter que la société adjudicataire Nieuwenhuis et Cie ne tombe en faillite, le roi Guillaume lui accorda un prêt de 200.000 florins.


Ce fut la dernière intervention du Souverain hollandais en faveur du canal.


Débouché d’un puits central en cheminée dans la voûte du souterrain

Débouché d’un puits latéral en cheminée dans le souterrain