Dernière mise à jour :

29 décembre 2015

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Vues d'ensemble

Vues du bas

Vues d'Ecaussinnes

Vues de Fauquez

Henripont

Vues du Mont de Pitié

Vues de la tranchée

Vues du Croiseau


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

En hiver à Ronquières

Ronquières au printemp

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm...

Photos de Pierre Gillard

La tour

Un bac circule dans le plan incliné de Ronquières

Partir à la découverte des bacs du plan incliné de Ronquières

La construction du plan incliné de Ronquières

Recherche du meilleur tracé

Asquimpont Ittre Ecluse vieux canal  Construction   La tour  Terrassements  Vu du ciel La grande Lima  Les colonnes du pont canal Vu de la tour Nouveautés

Un bac monte le plan incliné Les bacs La construction
RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Recherche du meilleur tracé

Après une étude très soignée, le site de Bête Refaite, situé à la limite des communes de Seneffe et de Gouy, et préconisé dès 1802, comme nous l’avons dit, par le directeur général CRETET, fut reconnu comme le plus favorable pour la traversée du seuil de partage qui sépare les eaux de la Samme et celles du Piéton (fig. 14). Il fallait non seulement songer à la liaison Charleroi Bruxelles, mais déjà envisager la jonction avec le Centre et plus loin avec Mons. La jonction avec le Centre au départ de Seneffe était facile à réaliser. Pour la poursuite du tracé jusqu’à Mons, le rapport disait “de la Bête Refaite, à 6000 mètres de distance, on apercevait le sommet aplati de Sartiaux, au travers duquel on pouvait descendre à la Haine et à Mons au moyen d’une simple tranchée”. Page 421

Lajonction du Centre à Mons par le “Canal du Centre” constituera cependant une entreprise ardue qui prendra des années, ne se terminant qu’en 1917 avec l’installation des “ascenseurs hydrauliques”.


Le point de partage étant ainsi fixé, la direction générale du tracé de Bruxelles à la Sambre fut arrêtée .


Partant du canal de Bruxelles au Rupel, au lieu dit “Au chien Vert” , le tracé remontait la rive gauche de la Senne jusqu’à Hal où il traversait la rivière sur un pont-canal à trois arches .


De là, en suivant la rive droite de la Senne jusqu’à Tubize et celle de la Samme, par Clabecq et Ronquières, il reprenait la rive gauche de cette dernière rivière à Feluy. Passant ensuite par Arquennes et Seneffe, il atteignait le bief de partage, qui s’étendait sur 10.700 mètres entre cette dernière commune et le hameau de l’Hutte (Luttre) sur la commune de Pont-à-Celles, en traversant la crête de Bête Refaite par un souterrain de 1.283 m de longueur et la zone entre les communes de Gouy et de Pont-à-Celles par une grande tranchée.


Du hameau de l’Hutte, le tracé descendait la vallée du Piéton, coupait plusieurs fois cette rivière tout en se maintenant principalement sur sa rive gauche. Traversant les villages de Roux et de Dampremy, il venait finalement rejoindre la Sambre au-dessus de l’embouchure du Piéton, à 1.000 m en amont de Charleroi.


Le point de jonction du canal de Charleroi à Bruxelles avec le canal du Rupel à Bruxelles.

Le franchissement de la Senne par le canal

Un sabot ou baquet de Charleroi vient de franchir le pont-canal enjambant la Senne à Hal.