RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli.

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs. 27 août 2017

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Découvrir Ronquières

Vues d’ensemble

Les hauts remblais

Le pont canal

La tête amont

La tour

Les treuils

Les trémies aériennes

La tranchée

Les bacs

La tête aval

La centrale électrique


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

Ronquières au printemps

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm…

Depuis un drone

Photos de Pierre Gillard

Histoire

Histoire du canal

Le canal à 70 tonnes

Le projet Vifquain

Le canal à 300 tonnes

Le canal à 1350 tonnes

Histoire du village

Le canal dans Bruxelles

Histoire du village de Ronquières

Bourgmestres de Ronquières

Le long du canal

Le long du canal

Le long du canal à Ruysbroek

Le long du canal à Lot

L'écluse de Buizingen

Le long du canal à Hal

Le long du canal à Clabecq

Le long du canal près de Charleroi

Le canal entre Charleroi et Seneffe

Le canal à Seneffe

Vestiges d'écluses

Le tunnel de Godarville

Le canal du Centre


Mise en adjudication

VIFQUAIN entreprit alors la rédaction d’un cahier des charges pour l’exécution des travaux, moyennant la concession des péages. Ce cahier des charges, soumis au nouveau Ministre de l’Intérieur, VAN GOBBELS CHROY, fut approuvé par ce dernier le 10 janvier 1826.


L’article 1er, dont le 1er alinéa définissait la nouvelle communication comme un canal à point de partage, de moyenne section, en décrivait le tracé. Les articles suivants traitaient de la longueur et de la pente du canal, de ses dimensions, du redressement des rivières et ruisseaux, de l’alimentation en eau, des ouvrages d’art, à savoir le souterrain, les écluses, les ponts, les ponts canal, ... ainsi que de l’acquisition des terrains et des indemnités des maisons et moulins.


L’article 8 donnait l’estimation de la dépense d’exécution, des indemnités d’entretien et d’exploitation : les chiffres avancés étaient respectivement de 4.350.000 florins et de 58.000 florins. “Tous ces travaux devront être terminés en 5 années”, spécifiait l’article 12.


D’après l’article 25, la concession devait être adjugée au soumissionnaire qui demanderait le moindre nombre d’années de jouissance du péage indiqué sur le tarif. Tarif établi de telle sorte que les charbons embarqués au canal, depuis la Sambre jusqu’à Arquennes, et à destination de Bruxelles. devaient être payés 1,36 florin (2,88 francs) par tonneau à charge et 0,36 florin (0,76 franc) par tonneau vide.


Ainsi, le droit serait du même montant pour les transports venant soit de la Sambre et traversant tout le canal, soit des houillères du Centre et s’embarquant à Seneffe pour Bruxelles, quoique ces derniers ne dussent parcourir que les 8/15e de la voie navigable.


C’est de là qu’allait découler la nécessité de prévoir des embranchements dont l’objet serait de se rapprocher des centres d’exploitation. Cette décision d’unification des droits était basée sur le fait que les charbons maigres de Charleroi, traités à bas prix, ne pouvaient supporter un péage élevé. Elle sauva le bassin houiller du Piéton, fit la fortune du canal et servit au plus haut degré l’intérêt des consommateurs.


Au vu des bons résultats que l’avance de fonds avait procurés au concessionnaire du canal de Pommeroeul à Antoing, canal construit sous la direction de J.-B. VIFQUAIN, le gouvernement introduisit, à l’article 29, la clause suivante “Après que le concessionnaire aura employé de ses propres fonds à son entreprise la somme de 300.000 florins, on lui facilitera les moyens d’obtenir, s’il le désire, l’avance des fonds encore nécessaires, à un intérêt de 4,5 % l’an et à condition d’un remboursement successif, en termes annuels, pendant la durée de la concession, à charge par lui de fournir la garantie nécessaire, hypothéquant l’ouvrage entier et les revenus annuels du canal jusqu’au remboursement complet de la somme avancée, sous telles clauses et conditions qui seront réglées ultérieurement par convention spéciale”. Cette clause eut le résultat escompté et décida du succès de l’entreprise.


Le 6 mars 1826, la société Claessens, Castinel et Cie, sous la raison sociale Nieuwenhuis et Cie, se rendit adjudicataire pour 34 années de concession, y compris 5 années accordées pour l’exécution. Le Ministre de l’Intérieur approuva le contrat le 6 mars 1826 et déclara que la compagnie ci-dessus était concessionnaire du canal aux conditions de sa soumission.