Dernière mise à jour :

30 décembre 2015

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Vues d'ensemble

Vues du bas

Vues d'Ecaussinnes

Vues de Fauquez

Henripont

Vues du Mont de Pitié

Vues de la tranchée

Vues du Croiseau


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

En hiver à Ronquières

Ronquières au printemp

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm...

Photos de Pierre Gillard

La tour

Un bac circule dans le plan incliné de Ronquières

Partir à la découverte des bacs du plan incliné de Ronquières

La construction du plan incliné de Ronquières

Le programme de Gustave Willems

Asquimpont Ittre Ecluse vieux canal  Construction   La tour  Terrassements  Vu du ciel La grande Lima  Les colonnes du pont canal Vu de la tour Nouveautés

Un bac monte le plan incliné Les bacs La construction
RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Le programme de Gustave Willems

Une fois la guerre terminée, il fallait reprendre le problème là où on l'avait laissé. Et un constat s'imposait:le canal se caractérisait par un manque d'homogénéité. Il affichait un gabarit de 300 tonnes sur le tronçon Charleroi - Clabecq tandis que la section Clabecq -  Bruxelles, aménagée avec des écluses pour quatre péniches de 300 tonnes pouvait acceuillir telle quelle des bateaux de 1350 tonnes.


En faits, excepté la période entre 1832 et 1857, où le canal fut sur toute sa longueur accessible aux péniches de 70 tonnes, il comporta pendant plus de cent ans plusieurs gabarits: 70, 300 et 600 tonnes.


Mais ce problème de manque d'homogénéité n'était pas limité  au canal de Charleroi à Bruxelles.  La Wallonie accusait en matière de canaux un retard significatif. Le réseau était certes très dense, mais inégal dans ses capacités. Il fallait lui donner l'homogénéité qui lui manquait. Il fallait procurer à l'infrastructure industrielle belg, et Wallone en particulier les débouchés indispensables à sa prospérité, voire à sa survie. Mais il fallait aussi tenir compte d'autres facteurs, comme l'augmentation continue du tonnage transporté ou encore la motorisation effective de la batellerie.


L'après-guerre devait être synonyme de renouveau.


Ce contexte amena le directeur général des Ponts et Chaussées Gustave Willems et ses collaborateurs à étudier la possibilité d'entamer une modernisation globale des voies navigables belges.


Le programme général que son administration des voies hydrauliques arrêta dès 1947 était construit autour du chaland rhénan de 1350 tonnes, un bateau déjà très répandu aux Pays-Bas et en Allemagne.


Le programme était particulièrement ambitieux puisqu'il fallut près de 50 ans pour l'achever complètement avec la mise en service de l'ascenseur à bateaux de Strépy-Thieux sur le nouveau canal du Centre.