Dernière mise à jour :

29 décembre 2015

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Vues d'ensemble

Vues du bas

Vues d'Ecaussinnes

Vues de Fauquez

Henripont

Vues du Mont de Pitié

Vues de la tranchée

Vues du Croiseau


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

En hiver à Ronquières

Ronquières au printemp

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm...

Photos de Pierre Gillard

La tour

Un bac circule dans le plan incliné de Ronquières

Partir à la découverte des bacs du plan incliné de Ronquières

La construction du plan incliné de Ronquières

Reprise des études

Asquimpont Ittre Ecluse vieux canal  Construction   La tour  Terrassements  Vu du ciel La grande Lima  Les colonnes du pont canal Vu de la tour Nouveautés

Un bac monte le plan incliné Les bacs La construction
RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Reprise des études

Les exploitants du district de Charleroi et la Chambre de commerce de Bruxelles sollicitant plus vivement que jamais une communication navigable entre la Sambre et la capitale, le gouvernement donna, le 7 mars 1823, à l’Ingénieur en chef VIFQUAIN, des instructions pour la reprise des études antérieures et plus spécialement celles des ingénieurs français VIONNOIS et MINARD”.


Les ingénieurs SIMONS et DE RIDDER lui furent adjoints.


L’avant-projet déposé le 25 mars 1803 au Conseil des Ponts et Chaussées de France par MINARD ayant été établi sur des dimensions qui ne pouvaient plus être admises, “les études durent être recommencées en abandonnant définitivement la direction de Nivelles jugée trop excentrique par rapport aux activités industrielles existantes”.


Ces activités, VIFQUAIN les décrit dans son rapport du 17 avril 1823 adressé au Ministre de l’Intérieur et du Waterstaat, rapport sur la situation du travail du projet de canal de Charleroi à Bruxelles


“... si aux débouchés actuels, on ajoute l’augmentation de consommation qui doit nécessairement résulter de la diminution des frais de transport, tant pour les charbons de Charleroi, Mariemont que pour ceux à exploiter entre le Piéton, la Haine et la Sambre, tant pour les pierres des Ecaussines, Arquennes, Feluy et leurs chaux hydrauliques, que celles de Thiméon, Ligny et autres lieux, toutes propres aux travaux hydrauliques; et si à ces produits, on ajoute encore ceux des carrières de Quenast, Tubize, les fers, bois et marbres qui s’exploiteront le long des rives du canal et de la Sambre, on sera naturellement conduit à espérer qu’un droit de concession non trop lourd au nouveau commerce, amènera des produits capables d’exciter l’intérêt des spéculateurs dans ce genre de travaux publics”.


Le tracé retenu se rapprochait donc des carrières de Feluy-Arquennes et des houillères du Centre.




Jean-Baptiste VIFQUAIN. Promoteur du premier canal de Charleroi à Bruxelles. Né à Tournai le 24 juin 1789, s’engage dans l’armée française le 13avril 1808 et participe à diverses campagnes dont celle d’Autriche (bataille de Wagram). Le 31 octobre 1814, est diplômé ingénieur après de brillantes études à l’Ecole Polytechnique. Il meurt à Ivry-sur-Seine le 31 août 1854.