Dernière mise à jour :

29 décembre 2015

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Vues d'ensemble

Vues du bas

Vues d'Ecaussinnes

Vues de Fauquez

Henripont

Vues du Mont de Pitié

Vues de la tranchée

Vues du Croiseau


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

En hiver à Ronquières

Ronquières au printemp

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm...

Photos de Pierre Gillard

La tour

Un bac circule dans le plan incliné de Ronquières

Partir à la découverte des bacs du plan incliné de Ronquières

La construction du plan incliné de Ronquières

Le projet Vionnois et Minard

Asquimpont Ittre Ecluse vieux canal  Construction   La tour  Terrassements  Vu du ciel La grande Lima  Les colonnes du pont canal Vu de la tour Nouveautés

Un bac monte le plan incliné Les bacs La construction
RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Le projet Vionnois et Minard

L’année 1801 allait être l’année décisive de la réalisation du canal de Charleroi à Bruxelles. Cédant aux sollicitations des commerçants de Bruxelles et des propriétaires des charbonnages de Charleroi, le gouvernement français chargea l’Ingénieur en chef VIONNOIS d’établir les avant-projets devant déboucher sur la réalisation du canal. L’année suivante, le 23 prairial an X (12juin 1802) le directeur général CRETET remit les instructions relatives au tracé. VIONNOIS et son adjoint MINARD étudièrent le terrain et les disponibilités d’eau pour l’alimentation des différentes écluses.

Le 4 germinal an XI (25 mars 1803), MINARD, qui succédait à VIONNOIS, décédé, termina un mémoire détaillé développant l’avant-projet de la liaison Charleroi - Bruxelles. Le tracé envisagé, au départ de la Sambre, remontait le Piéton jusqu’à Pont-à-Celles, traversait la crête de partage Sambre - Senne au lieu dit“Bête Refaite” (point de partage mentionné pour la première fois), descendait la Samme et la Senne par Seneffe, Arquennes, Ronquières, Tubize et Hal .

Cette traversée devait être réalisée soit en tranchée, soit en souterrain. Le coût de la réalisation du canal était estimé entre 5.036.681 et 6.516.137 francs.

“Les départements intéressés reçurent ordre de réunir les fonds nécessaires, mais la guerre vint, là comme pour tant d’autres projets, mettre obstacle aux vues de l’Empereur”

Comme le signalait VIFQUAIN au Ministre de l’Intérieur, “sous le gouvernement de l’Empereur, la volonté et les talents ne firent point défaut pour la création d’oeuvres de grande utilité publique; mais comment s’occuper d’améliorations à l’intérieur, quand toutes les forces et les moyens du pays étaient employés à fonder l’Empire ou à en empêcher la chute ?“

Bien plus : “le commerce de Bruxelles, auquel le gouvernement fit alors des propositions pour l’exécution de ce canal, n’avait ni assez de vie, ni de vues d’avenir assez grandes pour oser les accepter; il n’y répondit pas”. Ainsi s’achève la période française du canal de Charleroi.