A côté des baux stipulant un rendage fixe en argent pour toute la durée du bail, nous trouvons quelques spécimens de baux à rendage progressif, c’est à dire dont le rendage est plus élevé à la fin qu’au début du bail.

En 1652, le rendage de la cense de Follemprise est fixé à 230 florins pour les trois premières années du bail et à 250 florins pour les six dernières années. Et en 1694, le bail de la cense de Haurut fixe à 1000 livres le rendage des cinq premières années, à 1200 livres celui de la sixième année et à 1800 livres celui de la dernière, non compris les vins et le rendage en nature. En réalité, cette modalité de rendage constitue une pure exception.

Related posts