Nous ne connaissons la valeur des poules que pour les dix-septième et dix-huitième siècles.

En 1688, lors de la vente du mobilier de Jean Huon, censier du Masy, les poules se vendirent comme suit :

  • une poule et un coq 18 sols
  • deux poules 24 sols
  • quatre poules 40 sols
  • un coq et cinq poules 57 sols
  • une poule 10 sols

Ce qui représente une valeur de 10 sols pour une poule.

Enfin, en 1787, les poules de Verones Sempos furent vendues en un seul lot à raison de 24 sols les deux.

Remarque : le seigneur d’Enghien possédait un droit de mortemain sur la succession mobilière des habitants de sa seigneurie de Ronquières. A la mort d’un homme, le seigneur levait le plus souvent une tête de bétail et à la mort d’une femme une pièce de vêtement. Les biens ainsi levés étaient exposés en vente publique par le ministère des échevins et le prix ainsi obtenu était remis au seigneur.

Related posts