Les anciens baux ronquiérois ne signalent que l’assolement triennal ou à trois « royes » : une royage de dur grain, une royage de marsage et une royage de jachère ou « gisière » .

Les durs grains sont les grains semés en automne et les marsages les grains semés après l’hiver.

La plupart des baux stipulaient que les fermiers devaient conserver les terres dans leurs exactes royes et qu’ils ne pouvaient les « destroyer » c’est-à-dire qu’ils devaient maintenir l’assolement triennal tel qu’ils le trouvaient à leur entrée dans la ferme.

Voici quelques exemples d’assolement triennal.

Voyons d’abord le type d’assolement triennal que nous fournit le bail de la cense de Haurut en 1460. Les terres y étaient ensemencées comme suit en juin de chaque année :

  • 40 bonniers de durs grains : blé, épeautre et escourgeon ;
  • 58 bonniers de marsage : avoine, orge, pois blancs, fève, bregerie et vesces ;
  • 44 bonniers en jachère.

En 1643, les terres de la cense de Follemprise se répartissaient comme suit au point e vue de l’assolement en juillet :

  • 5 bonniers de durs grains ou grains d’automne ;
  • 5 bonniers d’avoine ou marsage ;
  • 4 bonniers en jachère.

En 1695, les terres de la cense de Giloscam avaient leur assolement triennal réparti comme suit :

  • 9,5 bonniers semés d’avoine ;
  • 9 bonniers semés de durs grains ;
  • 9 bonniers en jachère.

On répartissait donc les terres en parts approximativement égales.

Related posts