Le coffrage mobile

C’est en 1958 que la « Siemens Bau union » mit au point le « Siemcrete » pour la réalisation d‘ouvrages en béton armé ou non, présentant des épaisseurs de murs comprises entre 12…

Lire la suite ...

La tour s’élève

La tour s’est élevée au rythme de 5 mètres par jour. Elle fut terminée en à peine 37 jours. Le système de coffrage glissant utilisé ici pour la première fois…

Lire la suite ...

Les fondations de la tour

Les caractéristiques du sol Pour certains ouvrages, le maître d’œuvre peut choisir leur emplacement. Quand il s’agit par contre de la rectification du tracé d’un canal au gabarit de 1350…

Lire la suite ...

Les parois de la tour

Un ouvrage en béton armé de l’importance de la tour de Ronquières devait se faire au moyen de coffrages glissants. Cependant, avant tout démarrage, l’Association à qui sont confiés les…

Lire la suite ...

Les planchers intermédiaires

La tour est pourvue de 15 planchers situés à des hauteurs variables et qui servent également comme raidissement de l’ensemble de l’ouvrage. Sur ces 15 planchers, 2 ont été exécutés…

Lire la suite ...

La construction de la tour

Voir aussi … La-tour-de-Ronquieres La revue “Excavator” de 1964 L’exécution de la tour de Ronquières peut, sans aucune exagération être considérée comme une des grandes étapes dans l’histoire du progrès…

Lire la suite ...

Les contreforts

Situés dans la partie haute du plan incliné, à l’extrémité du pont canal, les contreforts en béton assurent la transition entre les hauts remblais et le pont-canal.   

Lire la suite ...