Dernière mise à jour :

30 décembre 2015

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Vues d'ensemble

Vues du bas

Vues d'Ecaussinnes

Vues de Fauquez

Henripont

Vues du Mont de Pitié

Vues de la tranchée

Vues du Croiseau


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

En hiver à Ronquières

Ronquières au printemp

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm...

Photos de Pierre Gillard

La tour

Un bac circule dans le plan incliné de Ronquières

Partir à la découverte des bacs du plan incliné de Ronquières

La construction du plan incliné de Ronquières

Propriétés du seigneur à Ronquières

Asquimpont Ittre Ecluse vieux canal  Construction   La tour  Terrassements  Vu du ciel La grande Lima  Les colonnes du pont canal Vu de la tour Nouveautés

Un bac monte le plan incliné Les bacs La construction
RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Propriétés du seigneur à Ronquières

Voici ses propriétés propres à Ronquières.

I. Il succède au duc de Brabant (après le seigneur d’Audenarde) dans la possession des terres publiques: bois, marais, terres vagues et inoccupées..., et spécialement il reçoit

 le plantis d’Enghien, à l’extrémité N -O du village, contigu au bois de la Houssière (avec lequel il est aujourd’hui confondu), quelque 40 bonniers, disent les documents anciens, en réalité, à en juger d’après la situation actuelle, ce plantis s’étendait sur environ 80 bonniers. On y exploitait des arbres de hautes futaies, taillis, glandée et paisson;

 le bois et terre de Boutegnies, 35/36 bonniers, à l’Est du village, touchant au domaine d’Haurut; cédés à l’abbaye de Cambron en 1218-Ï222;

II. Le moulin du centre acheté à Cambron le 30 novembre (Saint-André) 1411: moulin à grains, moulin à écorce et tordoir, avec un petit pré de 1/2 bonnier. (Flandre, série I, numéro  1968) tenant au moulin « à escorche ».

Le moulin restera propriété du seigneur d’Enghien jusqu’en 1917.

La partie du pré bordant le chemin numéro  2 sera, au 15eme siècle, mise à la disposition du serment des Archers et cela jusqu’à la fin de l’ancien régime. Vers 1871, on y construira 2 maisons, actuellement un peu en retrait de la route, depuis la construction du chemin de fer vers 1880.

Le beau moulin actuel a été « rebâti de fond en comble en forme de château », vers 1530, pendant les guerres de Charles Quint contre François lorsque les biens d’Enghien, propriété d’un seigneur français, étaient séquestrés. « De grands travaux furent alors exécutés dans toute la seigneurie pour éviter que ses revenus ne soient prélevés par le fisc » (Colins, Histoire d’Enghien. 1631, page 418).

On constate dans les comptes d’Enghien que, conséquence de l’acquisition du moulin, le seigneur assura l’entretien du « Pont de pierre » et du « Pont d’Aise » à mi-frais avec Cambron.

On constate aussi, pour le même motif, que le moulin de Pideau cessa son activité. Mais le seigneur continua à assurer à ses frais, l’entretien du pont qui y avait été construit.

Il ne faut pas confondre le « pré du moulin » avec le pré situé de l’autre côté du chemin, 3 journels = cadastre Section  D 197,  88 a. 40. L’abbaye ne l’avait pas vendu avec le moulin: elle le louait soit au fermier d’Haurut, par ex Colart Dieu en 1458 (Flandre, série 1, numéro  1969), soit au fermier du Quesnoit, par ex. Pierre Antoine en 1629 (A G R, Cours féodale procès 2236, chass 1629). Il  ne fut acquis par le seigneur d’Enghien que postérieurement à cette date.

III. Quelques menus biens, échus probablement à diverses époques au seigneur haut justicier, comme biens abandonnés ou de bâtards:

Remarquons que ces terres étaient grevées d’une rente seigneuriale au profit du seigneur de l’Escaille. De même qu’une quinzaine d’autres bonniers situés dans les environs « à Constiemont et Gonselinmont » Toutes ces rentes provenaient du seigneur d’Henripont qui, propriétaire de ces terres incultes, les aurait cédées ,dès les 11eme ou 12eme  siècles, pour être défrichées et mises en culture (v Soign tome 13 - 1953 page116-117)

 une terre vers Haurut, 6 journels 66 verges (Cad C numéro  255, 1 Ha 69 a), appelée quelquefois « terre du bastard » Déjà en 1398 appartenait au seigneur qui l’avait  acquise de « Hanekin le monnier » (C Féod Proces 440, Cartulaire des rentes de l’Escaille à Ronquières, renouvelé en 1398). C’était sans doute un bien de bâtard.

Pour cette terre aussi, le seigneur payait une rente au seigneur de l’Escaille, ce qui permet de supposer qu’elle provient du domaine primitif de l’Escaille, tenures de Sorbise, auxquelles elle touchait par derrière.

IV. Un lopin de terre, vers Combreuil, qui n’apparaît que dans le Cadastre section D numéro  43, 27 a. 60 ca. Rien ne  permet d’en conjecturer l’origine.

V Le petit pré Madelot, au Plantis, acheté le 26 septembre 1725(Cartulaire 1723/25 folio17)